Argenterie

A la recherche de l’excellence, je fais restaurer le bronze et l’argenterie par un artisan d’art qui est un ancien chef d’atelier de la Maison ODIOT à Paris *
Celui-ci maitrise un savoir faire exceptionnel et un niveau de technique irréprochable
  • La maison Odiot

La Maison ODIOT est un cas unique au monde de préservation d’un savoir-faire exceptionnel qui s’appuie sur une collection inégalable de moules et de dessins, constituée au fil des siècles, à la faveur de prestigieuses commandes. Les œuvres signées Odiot sont présentes dans les plus grands musées du monde.

 

Saucière ODIOT et sa suite

AVANT RESTAURATION

APRES RESTAURATION

Salière aux dauphins

AVANT ET APRES RESTAURATION

Manches de couteaux descellés

AVANT ET APRES RESTAURATION

Paire de Bougeoirs Empire Luxembourgeois

AVANT RESTAURATION

APRES RESTAURATION

L'argenterie

1- LE METAL ARGENTE

A force d’être utilisée, la couche d’argent s’use, il faut réargenter l’objet pour lui redonner son brillant d’autrefois.

La qualité d’argenture sera différente s’il s’agit d’argenterie décorative exposée à l’air libre, de couverts ou de plats utilisés quotidiennement en alimentaire.

Pour sa réhabilitation l’objet devra passer par différentes phases de traitement:

  • La préparation de son support via un traitement de surface.
  • Le dépôt électrolytique d’argent.
  • Et enfin sa finition afin de lui donner différents aspects par:
    • Avivage
    • Patine
    • Brunissage

L’Argenture par électrolyse

Mise au point simultanément par Moritz Hermann von Jacobi à Saint-Pétersbourg et par Spencer en Angleterre dès 1837, cette méthode a été perfectionnée par Charles Christofle.

Après dégraissage et polissage, les pièces à traiter sont immergées dans un bain électrolytique de sels d’argent à faible intensité de courant électrique. Sous l’effet du courant électrique, les atomes d’argent, en dissolution dans le bain, se déposent sur les pièces à traiter (cathode). Ce phénomène physicochimique demande un entretien constant du bain et de sa teneur en sel d’argent.

L’épaisseur du dépôt dépend du temps d’immersion et de la surface à traiter et de sa forme géométrique ainsi que de son usage. La quantité, elle, est précise et l’on parle le plus souvent du poids déposé entre 10 et 30 microns en fonction de l’utilisation (par exemple : 3,5 g d’argent par dm2 représentent 33 µm d’épaisseur).

2 – L’ARGENT MASSIF

Que ce soit une remise en question complète, une petite bosse, ou un simple polissage, il y a toujours une solution

Après soudure, débosselage, planage, platerie, clissage ces réhabilitations permettront, dans la majeure partie des cas, à ces objets anciens de continuer leur parcours dans le futur.

En outre parfois considérées comme irréparables, certaines pièces d’orfèvrerie très anciennes, reprendront leur entière valeur après restauration.

Curabitur diam at Praesent eget ultricies libero. ipsum in elementum vel,